lourde de scrupules ténébrants pour la conscience du regardeur : qu'adviendra-t-il des i.-m.achines intouchées ? Le vote comporte donc trois options : 1. SACRALISER 2. DÉTRUIRE 3. MÉPRISER *** -Reprenons : qu'est-ce que et comment sacraliser ?- Au regardeur* de juger de la qualité de notre travail. Au regardeur de se justifier ! Car un art sans public n'a aucun intérêt, et le mépris du public doit avoir une raison sincère comme fondement. Pour nos i.-m.achines, nous avons choisi le protocole suivant : le vote du regardeur décide réellement du sort de nos réalisations. Après avoir médité devant le Baal i-machinaal (ou totem herméneu-sacralisatoire, qui l'attend dans son antre, au fond des souterrains), le regardeur doit s'interroger : faudra-t-il - sacraliser - détruire - mépriser les neuf oeuvres que recèle le Baal dans ses neuf gueules ? Le regardeur pourra passer à l'isoloir où s'articule la diction discriminante i-machinée ; il devra ensuite voter, en empoignant et cachant adéquatement un bulletin de vote. Il dera procédé au dépouillement, après lequel les i.-m.achines à sacraliser seront coulées dans de la résine transparente. Les i.-m.achines à détruire seront détruites, puis coulées dans de la résine transparente. Les i.-m.achines méprisées seront offertes à un musée d'art contemporain en échange de la résine nécessaire. Rico da Halvarez 1997 *Pour ce terme, nous avons décidé de ne pas employer de guillemets bien qu'il appartienne à la terminologie de Marcel Duchamp : nous l'employons dans le même sens que lui. (il faut penser d'ailleurs, si l'on suit les recherches de Kurt Blinis sur les jeunes années de v.n.a.t.r.c.?, que Marcel fut l'un des dix premiers regardeurs accrédités par Otto von Strassenbach, ce qui l'honora fort - Marcel, bien sûr -). *** -Quelques axiomes bienvenus à l'issue du processus de sacralisation- Le centre de la sacralisation est le piédestal. * L'acteur de la sacralisation est le regardeur. * Le moteur de la sacralisation est l'i-machination. * Le regardeur est l'agent participé de l'i-machination. * L'artiste est l'inspirateur de l'i-machination. * L'i-machination est l'aspiration du regardeur. * Le regardeur est une i.-m.achine ? Qui est le responsable de l'i-machination ? * Petits exercices simples pour regardeur : Définissez avec vos mots à vous les principes fondamentaux de l'i-machination. Racontez par écrit votre première rencontre avec l'i-machination. Expliquez à un critique d'art contemporain ce qu'est l'i-machination. Attention, faites un exercice au choix, mais surtout pas les trois à la suite... *** CHAPITRE VII Où il fut difficile aux artistes, et même au héraut, de ne pas s'immiscer dans la querelle logo-géoondulatoire où gicla un peu de cervelle exégétique sur une i.-m.achine. Réformée depuis par mesure disciplinaire. Top of Form 1 Bottom of Form 1 -Archives v.n.a.t.r.c.? - konfidenzial - Kurt Blinis aka nobode à Otto von Strassenbach aka elles- Sao Paolo, le 01/12/92 v.n.a.t.r.c.?, section A.B.M.H.T.T.B.B. - Hector-Marie Despladt Monsieur le directeur de la revue "Art Moderne", cher collègue et néanmoins ami, vous n'êtes pas sans savoir la tâche qui m'occupe depuis déjà presque une ronde entre Phébus et la planète au sang bleu... J'ai découvert (par l'entremise de notre vénéré Otto von S. bien entendu) deux jeunes surplasticiciens post-positivistes polytalentueux. J'ai moi-même fourni au public des éléments de leurs biographies respectives. Je propulsai moi-même leurs noms dans des revues de grande renommée, à commencer par la vôtre, Henri. Je consacrai mes nuits à commenter leur oeuvre, si sombre, si disparate. Je la fis éclore jour après jour. Je révélai leur oeuvre à mes deux disciples, pour ainsi dire. Or, tenez-vous bien, une section dissidente de v.n.a.t.r.c.?, la section t'.a.b.l.b.d'.a.:a.i., ose m'écrire avant-hier un torchon plus qu'une lettre, qui, le croiriez-vous, me tint à peu près ce langage : "... cher maître, dans sa grande mansuétude, notre vénéré Otto von S. vous adjoint la crèmes des critiques plasticivistes, à savoir Ether-Michel Pillequant. Veuillez recevoir, etc..." Comment, moi, le grand Hector-Marie Despladt, j'aurais besoin d'un adjoint pour commenter mes oeuvres ? Il me souvient d'une époque où je rencontrai cet E.-M. P. (comme éducation manuelle et pratique, notez-le). Figurez-vous quelque ladre de basse extraction, l'oeil torve, la bouche fielleuse, la paume moite. La mollesse et l'incompétence suintent de cet histrion grotesque tel le pus d'une dermite vaginale. (On le sent veule, car faible). J'eus quelque bonté pour le maroufle et lui dispensai une éducation moderno-contemporaine de base. Le faquin en avait bien besoin : sa culture picturo-dessinale se cantonnait à quelques sombres gribouilleurs transalpins préhistoriques, dont l'un trouvait amusant de dessiner une femme nue aux longs cheveux au sortir d'un coquillage géant. Dé-so-lant. Malgré mon enseignement, le fat ne put rien saisir des arcanes du surplasticicisme post-positiviste. Alors, mon cher Henri, vous comprenez mon juste courroux : je ne peus croire que notre cher et vénéré Otto von S. aie crédité de son sceau ce sot, cet âne, ce maraud, provincial de surcroît. C'est avec l'esprit de justice que ma voix s'élève, et fend le ciel pour dominer l'univers : "Fuyez, enfants du surplasticisme, du milieu de Paris, sonnez de la trompette à Tekitoa, élevez un signal à A.B.M.H.T.T.B.B. ! Car on voit venir du septentrion le malheur et un grand désastre. La belle et la délicate, je la détruis, la fille d'E.-M. P. ! Vers elle marchent des ignares avec leurs critiques, ils dressent des paroles autour d'elle, ils broutent chacun sa part. Préparez-vous à l'attaquer !" Monsieur l'Ether(minable), je vous attends ! Ma plume sera le glaive vengeur d'une génération surplastique qui foulera au pied les ossements de votre cuistrerie ! H.-M. D. *** -Archives v.n.a.t.r.c.? - konfidenzial - Kurt Blinis aka nobode à Otto von Strassenbach aka elles- Seven Hundred Acre Island, par Dark Harbour (Maine), 20 sept. 1995 v.n.a.t.r.c.?, E.-M. Pillequant, réponse à H.-M. Despladt ô jeune busaillon courroucé, il sied peu, sachez-le d'emblée, à l'élévation intellect-surconceptuelle où vous prétendez, de vagir si roguement et agiter vos petits poings de faquin de lettres comme le nourrisson moyen qu'occupe l'expectoration difficultueuse de son rot post-prandial, souci que pour se justifier d'en assommer son entourage, le poupin salopiot redoublerait de jalousie à l'ouïr du rot parfait émis avec aise, style et brio par le grand frère ou cousin mieux doué ou mieux luné ! tant il est vrai, comme a dit W.-C. Fields, que la différence entre les enfants et les adultes n'est guère que la taille de leurs jouets - ou de leurs rots, compléterai-je. cela étant, et l'affaire ainsi réglée, il convient malgré tout d'y revenir, pour discerner dans l'ire logorrhéique qui tord votre faciès et enlaidit votre plume déjà peu gracieuse, sa fine pointe, sa nature secrète et honteuse. ce travail me dégoûte assez, je l'avoue, mais bast !... premièrement, vindicatif herméneute, l'exercice de votre talent critique, et le privilège, que dis-je, le bonheur exhaustif de vous y livrer relativement à cet univers affriolant, débordant de promesses de renouveau esthétique que sont les i.-m.achines, la joie radieuse, et la reconnaissance spirituelle qu'un tel sort vous commandait de vouer à l'immense maître Otto von Strassenbach, et à v.n.a.t.r.c.?, cela ne vous suffit guère. il vous faut, non content d'être admis, vos qualités exorbitatives-jubilatoires dûment reconnues et sollicitées quant à leur fécondité discriminante-oraculaire, admis, dis-je, à produire la théorie et ses périodes où rendre compte du dire plastique-poïématique à l'oeuvre dans l'ars i-machinans, il vous faut par dessus le marché vous arroger la paternité de ces gentils et précieux symptômes fossiles-futuribles où s'ébrouent les virtualités de tout un génial cosmos : les adorables i.-m.achines. je suis obligé, à ce point, de fustiger extrêmement durement le rapt odieux que vous prétendez commettre, espèce mercantile de Prométhée au petit pied ! et je me dois de vous morigéner rigoureusement, en tant que disciple moi-même du glorieux Otto von Strassenb
facto entr'ouvre le "sang" du "sens". Rico da Halvarez, Bamako 12/08/2016 *** -L'homme moderne- L'homme moderne passe un temps considérable à brancher des appareils, à vérifier leur état de marche, à déplorer les pannes qui surviennent nécessairement. Ce comportement nous a vivement intéressé : N'est-il pas étrange d'allumer (machinalement) un poste de télévision ? Plus maintenant. Nous avons essayé de ne pas comprendre ces gestes du quotidien : En défonctionnalisant des machines, nous avons découvert l'état i.-m.achine de la machine ! UNE MACHINE QUI NE SERT A RIEN EST UNE MACHINE A IMAGINER. Rico da Halvarez & Raphaëlo de Vicienti, 1996 *** -Anachronisme et aliénation- Nos réalisations plastiques cherchent à dénoncer une aliénation particulièrement visible là où la technologie n'est pas encore omniprésente : dans les pays "pauvres". ANACHRONISME ET ALIENATION. En effet, l'arrivée massive de machines de plus en plus perfectionnées dans ces lieux ou l'on meurt encore de faim, suscite un engouement particulièrement étrange. ANACHRONISME ET ALIENATION. Les habitants de ces contrées arides délaissent leurs besoins naturels - pourtant inassouvis -, se privent et privent leur famille de la maigre pitance quotidienne, afin d'accéder à l'image qu'ils se forment du futur. ANACHRONISME ET ALIENATION. (Culte de la machine). "Sur les toits des bidonvilles fleurissent les antennes paraboliques". ANACHRONISME ET ALIENATION. Les peuples du 3Quart-Monde s'i-machinent-ils que la télévision parviendra à leur faire oublier la misère ? ANACHRONISME ET ALIENATION. La machine comme cache-misère (visages de la machine). ANACHRONISME ET ALIENATION. Des machines, certes, ces Etats en ont besoin, de machines agricoles par exemple... ANACHRONISME ET ALIENATION. De l'appropriation des technologies de pointe par les p.v.d. résulte une confrontation pénible de leur présent avec un futur idéal : notre présent. ANACHRONISME ET ALIENATION. cet ANACHRONISME, ce contraste qui amuse tant le touriste constitue une des révoltes fondatrices de notre concept. ANACHRONISME ET ALIENATION. Dans nos pays, la technique fait d'ores et déjà partie de la vie courante. ANACHRONISME ET ALIENATION. Les peuples du 3Quart-Monde qui tendent à adopter cette dernière ne peuvent échapper à l'ANACHRONISME. Ce que nous entendons par "ALIENATION", c'est cette passivité de l'homme face à sa propre création. PARADOXE ANACHRONISME & ALIENATION. La machine, originellement conçue par l'homme, devient la sangsue de son i-machination. PARADOXE ANACHRONISME & ALIENATION. L'être humain devient récepteur, il ne peut plus rien émettre. PARADOXE ANACHRONISME & ALIENATION. La relation avec le poste de télévision, par exemple, est à sens unique. L'imagination reste prisonnière des circuits intégrés de la machine, elle ne peut donc s'épanouir. PARADOXE ANACHRONISME & ALIENATION. Concevons donc le spectateur de la télévision comme s.ujet p.ercevant p.assif (s.p.p.) : nous aspirons à nous dégager de cette prison stérile en créant le s.ujet p.ercevant a.ctif (s.p.a) par nos i.-m.achines. ANACHRONISME & ALIENATION. Rico da Halvarez & Raphaëlo de Vicienti 1996 *** -Prends-garde à l'i-machination- Matériaux électriques, électroniques figés dans du plâtre. Machines qui ne fonctionnent plus ; qui ne fonctionneront jamais plus. Notre monde fonctionne comme une machine. Les machines sont notre image. Elles émanent de notre machine-cerveau. Les i.-m.achines ne fonctionnent pas. Ne servent à rien. A quoi peuvent-elles servir ? A imaginer. Car la machine est i-machinaire. Pourquoi avons-nous choisi de confier notre destin aux machines ? Pourquoi nous délester de nos mains ? Le rôle de l'artiste est de rendre sensible l'inerte. Comment à partir d'idéalités, d'intelligibles réalisations techniques, pouvons-nous provoquer une émotion ? Notre travail démystifie la machine. Te restitue, Regardeur, ton imagination. "A quoi sert cette machine ?" Libre à toi d'en imaginer le fonctionnement, l'utilité. Nous utilisons le langage de la machine pour le dépasser. As-tu remarqué combien la mathématique est présente dans le monde sensible. Télévision, poste radio, véhicules, autant de concepts matérialisés. C'est dans ce monde sensible/intelligible que nous existons. L'i.-m.achine est à l'image de notre angoisse face au monde fou de la raison. Les machines ne sont qu'utiles. La télévision n'est pas un totem. Les machines qui fonctionnent sont privées de sensibilité. Le dieu de la technique est anthropophage. Les i.-m.achines sont les fossiles de nos machines quotidiennes. La machine asservit car elle peut ne pas fonctionner ; compte le temps que tu passes à réparer tes machines. NOTRE ROLE EST DE TE METTRE EN RAPPORT AVEC TON I-MACHINATION !!! Rico da Halvarez & Raphaëlo de Vicienti 1996 *** -I.-m.achine ?- Une i.-m.achine est un fossile futurible qui présente la gratifiante particularité de mêler l'électrique, l'électronique, à l'organique. Au terme d'une longue évolution géologique (plusieurs millions d'années), des éléments naturels et techniques se sont conglomérés. Une i.-m.achine est une projection géologique du matériel technologique que nous utilisons quotidiennement. La nature a façonné les i.-m.achines à partir des machines que l'homme a rejeté en elle. Rico da Halvarez & Rphaëlo de Vicienti 1996 *** -Autres possiblités des i.-m.achines- Symbole de la mort de l'art contemporain, qui est une machination : pauvreté esthétique + concept = usurpation. * Piège de la culture : au même titre que notre émerveillement face aux oeuvres du passé, les i.-m.achines devancent le piège du passé sur-valorisé par le jugement esthétique. Le passé lui aussi a produit des merdes !!! * Les i.-m.achines ne sont ni belles ni laides, elles sont des virus de l'art contemporain. Il s'agit pour nous de taper du poing sur la table ! Les i.-m.achines ne sont pas des oeuvres d'art, mais des anti-concepts. Rico da Halvarez & Raphaëlo de Vicienti 1996 *** CHAPITRE III Où il est montré par les travaux d'Hector-Marie Despladt & Ether-Michel Pillequant qu'il ne saurait être question d'art & d'être sans pensée : ni maux ni mots. Dans ce chapitre: Sur le bon usage de la théorie surplasticique La gloire de la glose est d'atteindre à la glyptique -------------------------------------------------------------------------------- *** -Sur le bon usage de la théorie surplasticique - Le schème desplasien, présenté sous forme synthétique ; condensé vulgarisateur de la Théorie complète en XXIV volumes in-8°, aux éditions Krazixwpletkow fils, Moscow. * 1) Condensé historico-didactique Avant : le figuratif, l'esthétique. Après : l'abstrait, le plastique, formel ou non. Maintenant et pour toujours : la déconstruction formale ou : Surplasticisme. A) La représentation intrinsèque d'une réalité re-doublée s'est désolidarisée d'une conception véritable scolastique, la fameuse "
créant ainsi la première i.-m.achine : nous publierons bientôt des clichés d'époque -), Marcel fit ça, rompit avec le sacral de l'art, approchant tout d'un coup l'oeuvre du regardeur, opération reproductrice de cette étrange intimité, mais depuis, las !, eheu ! eheu ! brâmerait Horace s'il voyait ce spectacle fétide droit sorti du Tartare, tous ces frais iconoclastes pullulant depuis 1913 à peu près, se muèrent avec une docilité stupéfiante en thuriféraires jaloux et cruels d'un domaine sacré : non l'art, il est mort, mais : l'art moderne. et ils installèrent l'abomination dans le lieu saint, et depuis courent les rues et les antichambres leurs foules compactes et insupportées d'idolârtistes. voici toutefois, que point depuis 1930 et aujourd'hui s'exalte le crépuscule ignifugé de leur règne fainéant. Otto von Strassenbach ont décidé d'agir, voici en vérité qu'elles affrontent mâlement l'inane idole art contemporain, la déboulonnent en bâillant, voici le saint patron de l'art contemporain <../v-b2/notejeff.htm>, le vrai, l'art, quoi. citons, pour achever d'éclairer la conscience du lecteur, cette définition touchante de l'eutopie plastique, du vrai lieu de l'art ; « un lieu saint chante en douceur l'alliance entre Dieu et les hommes, alors qu'un lieu décrété sacré expulse l'homme hors du mystère de la miséricorde, l'exile aux marges de la violence. le moindre lieu est saint en ce monde dès l'instant où l'on s'y tient en pauvre, en humble hôte qui ne revendique rien,
isté), des lumières, le jeu, la scène, l'art journalistique de Dumouflingué (si, je crois qu'il aura été là ; l'auras débusqué, regardeur ?), des écrans, l'isoloir, l'urne, le piédestal. La validité, qua
is malheureusement, Elles sont eternelles." * "Rico da Halvarez & Raphaëlo de Vicienti : deux de leurs plus éminents disciples ; mais gare à la mutinerie de leurs bon sentiments envers eux." * "Elles passèrent avec un plaisir toujours renouvelé de longs moments auprès de leur grand ami morave, Valentinus Lobster-Hulwicz ; Elles n'aiment en effet rien tant que de s'entretenir paisiblement avec un schizophrène aussi atteint et aussi doué des con- et subséquences de l'ars et des éléments sur la théorie du monde et de ses sphères. Elles apprécient le Doubitchou de leur ami, quel dommage qu'il leur faille se rendre chaque fois à Brno ; Elles en ont plein les bottes, parfois, c'est loin quand même". * "Quand Elles eurent émis leur fameux "Messieurs, cessez, sinon..." <../iso/turp.html>, elles se jugèrent très fortes. Elles se répétèrent leur nom Otto von Strassenbach, dix mille fois, pour rester modestes et contentes." * "Cela fait longtemps qu'Elles ne seraient pas nées, si Elles avaient eu envie de mourir" * "Elles inventèrent l'informatique ; ce furent Elles les premières en effet qui parlèrent, en 010011100, sous forme alephbétique" * "Ce qui leur faut, disent-Elles, et c'est tout." * "Elles chantonnèrent un jour : -_/ dans des contrées desséchées, arides cohortes, nues, débraillées, Elles pertinent, se la manquent, ce sphinx a cette tête, ô sphynge immense et branque - c'est clair : source chaude et crue : perce son cou ! quel plaisir de boire ces dernières lichettes !" * *** CHAPITRE XI Où l'on expérimente l'état rvb du concept i-machinaire, développé par l'advenance brusquement aporétique du chromatisme du chrome. Les i.-m.achines revendiquent au profit du peuple des regardeurs la coruscance de leut atavisme bariolé : liesse fondatrice de la République I-machinaire. Top of Form 1 Bottom of Form 1 -Préliminaire irréformable d'Otto von Strassenbach- Parce que l'art contemporain souffre de l'incompréhension du public, Elles, Otto von Strassenbach, ont décidé d'agir fermement <chapitre12.html>. Par le truchement de leurs acolytes Ether-Michel Pillequant, Hector-Marie Despladt, Rico da Halvarez, elles suggèrent au monde de l'art le renouveau qui s'impose. Elles laissent - bien entendu - leurs disciples agir librement, car elles connaissent leur dévouement à leur cause, et sont fières de présenter au monde la dernière trouvaille de Rico da Halvarez : l'e.l.s.a. Elles remercient ce jeune ar
ssent pas la marge que signale l'aloi des ressorts glanés dans le limon. D vibrion variolé trémulent mécanique veau de lait passé laid étarqué en béton. COMPOTIER NUMERIQUE Le cerveau répugne à travailler, la purée de pensée fait un lit de ferment religieux, de fervents prodigieux. Photographie. Braison. Tourbillon. Télécommande. Heidegger. c. la courbure plasmique des teintes alchimiques du phénol a vu son angle défini par Paracelse : la luette du noumène majeur a pu glapir, explicitant dans l'oeuvre ses carènes de terre et de sel. H lui terrible hologramme des cuisines menteuses où de petits titans dépècent des châtaignes. OVALITE, SERIE X L'appareil n'a pas son pareil et appareille dans le port de nos angoisses dé-structurées. Paranoïa, para-normale, la technique repose le problème d'une identité toujours renouvelée. En un seul instant, l'espace s'ouvre. La mélancolie déverse son flot d'incertitudes, qui dansent et qui couvrent le bonheur béat d'exister en sot. e. si l'on pense à cette minute gravide de l'antique où le péripateïn s'épanouit en veloutante gueule de paon, s'éclaire l'intuition phénoménale ultérieure où toutes les géométries du creux s'allièrent comme un cuivre, un lécythe argumenté du désastre nominaliste. O tant pis pour la folie, l'auto-meurtre, mais je domine ma technique, refuse tout le veule. HOUPPELANDE DE BETON Crête absurde, fixité rotative. Nos deux jeunes surplasticiens galvanisent la création sur le mode d"une
brout
fia grecque (pays de Mastar Y Bastonos) et la Reine d'Angleterre. Il a donc dressé son banc de sardines à attaquer, ce qui lui sauva récemment la vie face au sous-marin nucléaire Alabama Dallas 8. Il retrouve sa mère à Lima, dans un cabaret de java médiévale. Les retrouvailles sont joyeuses et les deux ne se quittent plus. 2001 : Depuis, tout est rentré dans l'ordre. Les membres de v.n.a.t.r.c.? apprécient grandement ce trublion de génie, qui, à la suite d'un pari stupide, a été obligé de faire élire Georges Bush à la Maison Blanche. Son esprit ironique, sa maîtrise de 48 langues & 86 dialectes en font un interprète fort apprécié lors des expéditions d'Elles. Il travaille actuellement à une confrontation de la distancialité regardale avec un prisme de son invention, qui inverse les données du jardinage pour créer des Géants de Jardin. Souhaitons-lui bon courage et longue vie ! Traduit du moldo
impérative, impératrice, opératrice de nos craintes. x. l'oeil s'irradie brusquement de tout un Saskatchewan en octobre de courtisanes ébouriffées dans l'évidence capiteuse d'un érable intérieur où s'arase en s'y tavelant, tambourinant, tarabustant, l'inimaginable fraîcheur des vieilles preuves préservées du proton laveur. M zarma quant au karma enseveli sans tropes dans de profondes couches de fer. la vie me plaît. COMMENTAIRE, I La parole libère l'objet. La machine se fait i.-m.achine par le rôle révélateur du discours. Le commentateur invente de nouvelles fusions d'art par le maillage étroit du discours. Le discourrs est l'aboutissement de l'art, l'art de l'aboutissement. Beauté surplastique ultime. Acajou. e'. lésantes prosodies du candide prochroniste critiquant l'élémentarité pignorative de la transaction dont Panofsky scrute à longueur de page l'effet débariolant sur la sculpture russe d'Europe occidentale, quand il était plus fécond de subsumer l'affouillement équarri dans la rondeur du rotin courant. B jusant systémique où s'entredilacéraient d'impulsives branchies, tu t'accroches au foie. SURFACE, SERIE XIV Travail de fond tendant à démasquer nos démons. Ce travail aurait pu ne pas aboutir sans