qui est en face de soi ? Le péril se distingue de la façon dont on prend conscience du danger dans lequel nous plonge cet abîme de perplexité face aux interr
et rimant avec le caractère radicalement opposé de toute subjectivité intrinsèques, confrontées aux reflets perpétuels et changeant que nous renvoit le
fant étouffant par son nouveau sang. Eternité et fin, limite et commencement. Dans ce lieu perdu sans les
rmations au point qu'il nous submerge, qu'on ne sache plus en faire le tri, ou bien il y a lassitude et déconnection, ou il y a survoltage, ce qui correspond à l'assouvissement du désir amoureux,
ne ouvre toi ! Quand on subit le flot ininterrompu des informations au point qu'il nous submerge, qu'on ne sache plus en faire le
funérailles. Viennent les souffles 1997 agnifiques, les pri. L'ombre reprend s
s qui se révèle dans de nombreux dessins. Cette constante s'apparente à une structure en forme de sp
con
publicité C'est la mise en marché De tout à vendre, à liquidereaux écoutent sonner l'heure. La tyrannie se pose et les